Liste des questions à François Brune

Cliquez sur le « plus » pour lire la réponse

Bonjour,

Après avoir lu Ma vie au service de Dieu, La théologie des icônes, Les morts nous aiment, Christ et Karma, du père François Brune, je me retrouve, comme j’en suis sûr d’autres lecteurs, dans une position inconfortable comme il le dit lui-même : Plutôt que de choisir entre deux Églises, j’essaie de pratiquer une double fidélité. Mais ce n’est pas facile !

C’est encore moins facile quand nous nous penchons sur les différences entre la foi catholique et orthodoxe ou quand on entend des Pères de l’Église orthodoxe (à première vue très ouverts) parler de LEUR Christ mis en opposition à VOTRE Christ (celui des catholiques).

Qui croire ?

Que penser ?

Alors moi qui ne suis ni prêtre, ni théologien, je me sens isolé dans ma propre Église, avec aujourd’hui un discours et une pensée « orthodoxe » qui me touche, mais incapable de savoir où aller quand, après la lecture d’articles du métropolite Michel Laroche, ce dernier fait ressortir des différences dogmatiques telles, entre les deux Églises, que l’une exclut l’autre !

Je me permets d’entrer dans les détails car c’est un sujet aujourd’hui, d’importance pour moi et je souhaite vivement obtenir une réponse du père Brune.

Merci de votre compréhension

Cordialement

Bertrand A.

À ma connaissance, ce M. Michel Laroche est aussi métropolite et orthodoxe que vous.

Il ne me semble se rattacher à aucune des grandes Églises orthodoxes traditionnelles qui se reconnaissent entre elles et vivent en intercommunion. En France, le mot « orthodoxe » n’est pas protégé par la loi comme une marque déposée. Vous pouvez apposer au bas de votre immeuble une belle plaque avec votre nom et « Archimandrite de l’Église d’Aquitaine » ou tout ce que vous voudrez.

Le dernier éteindra la lumière en sortant…

Au fur et à mesure que l’Église catholique disparaît, de petits groupuscules spirituels naissent un peu partout et beaucoup d’entre eux se donnent le titre d’« orthodoxe » car il inspire confiance. Souvent, ils prétendent se rattacher à des Patriarcats nestoriens au Moyen-Orient ou en Inde, auprès desquels aucune vérification n’est possible.

Il est vrai que, par ailleurs, des courants intégristes parcourent parfois certaines Églises orthodoxes. Vous n’aurez d’ailleurs bientôt plus à choisir entre Églises catholique et orthodoxe pour la simple raison que l’Église catholique aura pratiquement disparu. Je voyais, il y a quelques jours, sur la chaîne KTO, dans la série « La vie des diocèses », l’évêque de Gand, en Belgique, expliquant que son territoire avait 1 300 000 habitants mais seulement 3 séminaristes, ce qui veut dire qu’ils ne recevront un nouveau prêtre que tous les 3 ou 4 ans. Dans certains diocèses de France il ne reste plus que 5 ou 6 prêtres encore actifs. La fin est donc programmée. Le dernier éteindra la lumière en partant.

Deux raisons majeures

C’est que les Églises chrétiennes d’Occident sont en pleine crise pour deux raisons principales :

1. La plupart des théologiens et exégètes se sont laissés gagner par le rationalisme. Ils ne croient plus aux apparitions ou aux miracles, même pas à ceux du Christ rapportés dans les Évangiles.

2. Cette théologie comprend des erreurs énormes dès le début de la tradition occidentale. Ainsi cette affirmation que nos péchés ayant offensé Dieu, celui-ci aurait exigé la souffrance atroce de son Fils pour pouvoir nous pardonner. C’est faire de Dieu un monstre stupide et cruel. Toute notre relation à Dieu se trouve ainsi faussée dès le début du christianisme en Occident. Les chrétiens d’Orient n’ont jamais connu une telle horreur ! Les conséquences de cette invention blasphématoire continuent à se développer peu à peu.

Si vous voulez en savoir plus, je suis confus de ne pouvoir que vous renvoyer à mon dernier livre de théologie Retrouver Dieu malgré l’Église, publié aux Éditions Le Temps Présent.

Laissez-vous guider…

Mais surtout prenez dans chaque Église ce qui peut vous aider dans votre relation à Dieu. C’est Dieu qui est important, pas les Églises ! Leur situation, en Occident, est catastrophique, mais vous n’y êtes pour rien.

Peu à peu une autre forme d’Église émergera qui comportera ses défauts, car rien n’est parfait en ce monde, comme d’ailleurs en chacun de nous ! Mais, grâce en partie à l’expérience des saints et des mystiques (des vrais) je reste un chrétien profondément convaincu et l’attente spirituelle de la jeunesse est immense.