Transcommunication

Transcommunication et réconfort moral

  • Quand un proche nous a quittés, il peut être rassurant de savoir qu’il continue à évoluer sur un plan proche du nôtre. Bien qu’invisible, il est là, toujours vivant…

    Le 20 juin dernier, Jackie, mon époux bien aimé, s’en est allé vers les rives mystérieuses de l’autre monde. Il était atteint d’un cancer. Pendant deux heures, j’ai assisté à son « départ », lui tenant les mains, lui parlant doucement : « Détends-toi, mon chéri, ne crains rien. Tout va bien se passer… » Sous morphine, il ne souffrait plus, mais il ne pouvait ni bouger ni parler. Par le mouvement mouvements des paupières, il me faisait signe qu’il m’entendait. Puis il a expiré. Je n’ai pas eu le bonheur de voir son double éthérique s’échapper de son corps, mais je savais qu’il était enfin délivré, dieu merci, après tant de souffrances.

    Une présence réconfortante

    À partir de là, je fis toutes choses presque machinalement. Il y eut les démarches, la famille, les amis, les obsèques…
    La tristesse des funérailles a été cependant adoucie par la chère présence du père François Brune qui connaissait bien mon époux qui, de son côté, l’aimait beaucoup. Avec son grand cœur, François a su trouver les mots simples et justes qui consolèrent ma famille présente et furent appréciés par toute l’assistance. Je ne saurais jamais trop le remercier pour cela.
    Je ne réalisais pas très bien. Il m’eût paru normal de le voir revenir soudain en chair et en os, cela durant les premiers jours qui suivirent sa transition… Par la suite j’ai commencé à souffrir vraiment, de plus en plus. Son absence me devint un supplice. Après plus de trente années de vie commune, la séparation est terriblement cruelle. Malgré ma foi, malgré tout ce que je sais, ma peine était de plus en plus aiguë et je pleurais beaucoup. Je n’eus cependant aucune révolte. Rien que de la douleur. J’espérais un signe, le voir, l’apercevoir, mais rien. « Pourquoi n’enregistres-tu pas ? » me répétaient mes amis. Oui, pourquoi ?
    Je ne sais. Je ne parvenais pas à entreprendre un transcontact. La crainte de messages inintéressants ou peu audibles, la crainte d’être déçue, sans doute. D’autant que mon mari, matérialiste convaincu, ne s’intéressait guère à mon travail, à mes livres et mes cassettes. En fait, durant cette période de quelques semaines, j’étais excessivement malheureuse, ne sachant que faire, espérant presque un miracle !

    simonet

    Monique Simonet

     

    Le miracle s’est produit !

    Est-il venu ce miracle ? On pourrait à la limite le croire. En effet, au cours du mois d’août, il m’est arrivé ceci : J’étais occupée à nettoyer ma cuisine tout en écoutant mon petit transistor. Des chansons anglaises s’y succédaient. Soudain la douce voix de la chanteuse fut recouverte par une voix masculine s’exclamant : « Ah ! la pêche à la truite ! » Ce fut rapide, mais net et, aussitôt après, la chanteuse était toujours là, distillant sa mélodie.

    Quel choc !

    La pêche à la truite, tous mes amis le savent, c’était la grande passion de mon époux. Tous les ans, nous allions en Haute-Savoie, au bord des torrents, dans ce but unique ! Dès lors, mon cœur se mit à battre très fort. J’avais bien entendu ! Hélas, je n’enregistrais pas, affairée au ménage… D’ailleurs, toute idée de transcommunication était loin de mon esprit à ce moment-là. Mais quel choc ! Quelques heures après, la nuit, j’eus soudain le vif désir d’écrire. Y cédant, j’écrivis alors nettement, sous la dictée de mon mari, une dizaine de lignes qui m’emplirent de joie : « Je t’aime. Ne doute jamais de rien. Tout est vrai. Je suis vivant. Je t’attends. Je suis là tout près de toi dans la maison. Je t’embrasse. Sois tranquille. Quand tu viendras à ton tour, nous ne nous quitterons plus jamais. Sois bonne avec tous. Dors bien ma chérie. Je suis là (…) » Ces affirmations, suivies de mots d’une tendresse infinie, quel bonheur ! surtout venant de lui qui ne s’intéressait pas à la survie. Oui, quel bonheur ! J’ai retrouvé tout mon courage !

    Ce fut immédiat !

    Et peu après, par un beau dimanche plein de soleil, j’ai branché mon petit magnétophone que j’avais longtemps abandonné. Ce fut immédiat !
    « C’est Jackie… Je suis là… Parfois je vais chez quelqu’un… mais je reviens. »
    Je me mis à pleurer de joie.
    « C’est vrai, tu es là mon amour.
    - Oui ma chérie… Je t’aime. »
    J’ai écouté dix fois, vingt fois ce « Oui, ma chérie ». Le message est puissant. Aucune interférence. La voix est très exactement la sienne. On entend jusqu’au souffle à la fin des mots… Le frère de mon époux a marqué une grande émotion en l’entendant : « C’est lui, c’est bien lui, c’est mon frère » répétait-il, bouleversé. Toute la famille et quelques amis l’ont reconnu absolument de la même façon. Ce message est une merveille, « ma » merveille, qui me soutient, me réconforte. C’est mon trésor…
    Depuis, j’ai reçu nombre d’autres communications de lui. Il a donné, à ma demande, son nom en entier, chose assez rare. Il m’a aussi taquinée.
    Moi : « Tu m’aimes ?
    Lui : Oh non… (temps d’arrêt) je t’adore ! »
    Il m’affirme qu’il se sent bien, qu’il est heureux. Il me demande de ne plus pleurer, me répète à tout moment qu’il est souvent auprès de moi : « Là tout près, dans notre maison, à ton bureau. »
    Il me dit même, et c’est très clair :
    « Je t’invite au paradis. Je t’aime. »

    Des sphères de bonté

    Là, je rêve… Je rêve de sphères de bonté, de lumière où nous sommes tous deux ensembles occupés à quelques études, distractions ou missions. Ou peut-être nous délassant simplement l’esprit, l’un près de l’autre, loin des difficultés de l’existence matérielle.
    Au cours d’un autre contact réalisé un peu plus tard, alors que je me sentais bien seule sans lui et, de plus, en proie à différents problèmes, je reçus de lui ce message tout à fait net : « Nous sommes prisonniers sur la terre. »
    Par ailleurs, il me répétait souvent combien il était heureux. Je n’en doutais pas. Jackie était un homme droit juste, bon et compatissant.
    Je pensais à lui, à sa vie simple. Alors que je réfléchissais, il me dit simplement : « Il suffit d’être honnête. » Il est vrai qu’il était d’une honnêteté scrupuleuse et étonnante qui en fit même sourire quelques-uns.
    Une autre communication, plus récente, porte également à réfléchir. « Mon chéri, lui dis-je, je suis souvent fatiguée, tu le sais. Mais que penses-tu si, lorsque je le peux, je contacte aussi quelques invisibles afin de réconforter des amis très chers que tu connais, ou même quelques autres personnes endeuillées dont la souffrance est profonde ? » La réponse de mon époux fut rapide, claire, presque de style télégraphique : « Opération de solidarité. » Je reconnais bien là la clarté de son esprit.
    Ce même soir, je m’entendis appeler quatre fois de suite par une voix que je ne pouvais identifier, mais claire. « Madame Simonet, madame Simonet ! » J’essayai de répondre pour aider cet invisible mais tout s’est brouillé. Je compris que plusieurs entités parlaient ou essayaient de parler en même temps. Je ne pouvais rien faire, même la voix de Jackie ne me parvenait plus. Je me plaignis : « Il y a trop de monde, c’est impossible ! » Alors une voix inconnue réussit à s’écrier, par-dessus le vacarme : « Oui c’est vrai. » Il était très tard. Je cessai d’enregistrer pendant quatre à cinq minutes puis je branchai de nouveau, espérant un dernier message de mon époux. À l’écoute, le vacarme avait cessé et j’obtins le message désiré : « Ma chérie, je suis là, je suis là tout près de toi. Ne t’inquiète pas… On s’aime tellement… Je me souviens de tout… Tu m’entends mon ange ? » Je n’insistai pas. Il était plus d’une heure du matin. Le cœur gonflé de joie je me mis au lit en remerciant Dieu.

    Ne pas trop l’accaparer

    À présent, je contacte mon mari de temps en temps mais pas trop souvent. Je ne veux pas l’accaparer. Mais je lui parle beaucoup, je lui adresse mes plus tendres pensées. Je sais qu’il les perçoit. Je pense qu’il a autre chose à faire que de s’évertuer, à tous moments, à reconstituer une voix intelligible devant un microphone installé dans un univers différent de celui dans lequel il vit à présent. Je veux réaliser une communion directe. Et j’y parviens, je crois, peu à peu, par petites touches. Déjà je le sens près de moi lorsque je suis suffisamment décontractée. C’est comme une ambiance douce et chaleureuse qui m’enveloppe paisiblement.
    Je rêve au jour, que Dieu voudra, où j’irai le rejoindre et avec lui mes parents, mes amis, envolés. Avec lui Axel, mon petit fils tant aimé. Ce jour approche pas à pas. Ce sera un jour béni. Je l’attends patiemment, tout en continuant de mon mieux ma route sur cette planète.

    Cet article date de la fin des années 1990.

    Monique Simonet a quitté ce monde en septembre 2016.

Previous post

Entretien avec Monique Simonet

Next post

Une études des channels

The Author

Jean-Michel Grandsire

Jean-Michel Grandsire

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*